• Débusquons les Lobbys ?

    Ils s’insinuent dans nos assiettes, dans nos robinets, dans nos trajets, dans l’atmosphère. Ils forcent l’entrée de nos écoles, de nos gares, de nos hôpitaux. Ils tirent les ficelles de dirigeants au mieux complaisant pour leur permettre de répandre leur camelote dans toute l’Europe : glyphosates et pesticides, travail au rabais et autres casses sociales, réseau ferroviaire dépecé et autres privatisations de nos biens communs...

    En savoir plus
  • Les lobbys en Europe - Le grand trafic néolibéral

    Gabriel Amard a lutté pendant 25 ans, pour sortir les lobbys et la finance de la vie communale. Son combat le plus emblématique est sans nul doute celui contre les multinationales de l’eau, qu’il raconte dans La Guerre de l’eau, et L’eau n’a pas de prix. Pour toutes ses actions en faveur des biens communs du vivant, il s’est vu remettre un passeport de citoyenneté universelle à la Maison de l’UNESCO en mai 2013.

    En savoir plus
au fil de l'actualité

Comme nous l'écrivions déjà Paul Ariès et moi en 2010 dans l'ouvrage liberté, égalité gratuité " la crise sociale et écologique se conjuguent pour rendre plus que jamais nécessaire des politiques de gestions des biens communs". Le but est ici de satisfaire les besoins fondamentaux de chacun et de retisser les liens pour faire société. C'est là le rôle premier du service public local ou national. En outre le service public doit aussi servir à revivifier l'implication populaire. C'est pourquoi nous devons marcher progressivement vers la Gratuité des services publics locaux pour la construire avec les citoyennes et citoyens pour aller ensuite vers une gratuité des services nationaux.

C'est un combat des combats de notre temps. Il nous faut construire une adhésion populaire et large. La défense et l'extension de la gratuité est indispensable pour reprendre l'initiative sur les valeurs de Droite d'où qu'elles viennent. La Gratuité est indispensable au plan social, écologique et même humain parce qu’elle pose la question du choix politique: Que produit on? Comment? Pour qui? Ces choix sont à faire en lien avec les besoins des citoyens. On nous oppose que la Gratuité a un coût. Oui ceci impose des choix. C'est aussi l'occasion de donner la parole à ceux qui en sont privés ! Le passage à une société de Gratuité passe par un surcroît de démocratie, électorale oui mais surtout directe par des formes de co-gestions des Services publics avec les citoyens. La Gratuité oblige de changer la manière de faire de la politique. Veut on la Gratuité des parking ou la gratuité des compteurs pour avoir accès à l'eau gratuitement ? Ou préfère t'on la gratuité de la cantine des enfants? C'est une Révolution citoyenne que nous devons proposer pour que les usagers de la Cité se déterminent en fonction des usages. Nous pouvons débattre de la gratuité des bons usages vitaux, indispensables et du renchérissement des mésusages , du gaspillage. Une autre question: Doit on payer au même prix l'accès à l'eau vitale et l'accès à l'eau qui concourent à un chiffre d'affaire? Nous pourrons ici replacer au centre du débat la légitimité de l’impôt comme outil de redistribution et d'instauration de l'Egalité de tous face aux droits dans la Cité." Il n'y aura pas de société de la Gratuité sans une culture de la gratuité tout comme il n'y a pas de monde marchand sans une culture du marché" ( Contribution pour le Projet de la France insoumise : www.jlm2017.fr )

suivez-moi

facebook

instagram

boîte à outils

Agenda

Vidéos

Faites la loi vous mêmes

Audios

Téléchargements

Liens amis

Publications

Rechercher